cher lecteur que je tutoie sans vergogne,

la langue française est schizophrène, le vouvoiement en est la preuve :
en effet, le tutoiement sert à la fois entre gens qui s'adore, comme les amants, ou qui se détestent comme dans les foires d'empoigne.
le vouvoiement est employé à même escient, il est des gens que l'on respecte par le vouvoiement, d'autres que l'on toise par ce biais.
Ainsi, entre camarades de parti, la coutume est de se tutoyer, cela en fait il les meilleurs amis du monde ? les exemples sont pléthores pour pouvoir dire que non...
Croisant un imbécile notoire, tu ne voudras surement pas lui laisser croire qu'un quelconque embryon d'amitié puisse voir le jour à travers un TU lancé par mégarde, pourtant, s'il te venait à l'idée de vouloir lui dire ses quatre vérités, alors c'est cette forme de langage qui viendra naturellement.
Habitué aux bistrots, j'ai longtemps tutoyé tout ce qui bouge, vu que l'alcool efface les barrières sociales, mais, une fois rentré dans le rang, et l'âge aidant, je vouvoie un peu plus.
Pour cela internet a républicanisé la langue française, le tutoiement y étant de rigueur, un peu comme aux beaux jours de la révolution, où l'égalité (?) voulait que les citoyens se hèlent en se tutoyant.
C'est ainsi que je me suis mis a tutoyer mes concitoyens, car nouveaux arrivants dans notre village, nous n'y avions ni ami, ni connaissance.
Voulant me socialiser, je me suis donc mis à fréquenter le forum du village, et usait de la grammaire internet.
Depuis, connu et reconnu, les gens me tutoient, sans chichi, parfois en me demandant la permission, et, me donnant l'impression d'être intégré dans la communauté, me vouent sans le savoir un respect supérieur que s'il m'avaient vouvoyé.
Et si toi aussi tu pouvais le faire, je t'en remercie.