écrits, écris et cris

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche Wikio

lundi, avril 6 2009

Strasbourg : c'est la démocratie qui a volé en éclat !

le MRAP exprime sa colère et son indignation
%

Le MRAP tient à exprimer sa plus vive indignation face à la violence qui s'est déchaînée samedi 4 avril à Strasbourg contre les manifestants pacifistes. C'est la voix de la paix que le pouvoir a voulue bâillonnée !

Le MRAP dénonce tout amalgame entretenu entre les casseurs, qui n'ont rien à voir avec les valeurs que nous défendions à Strasbourg, et l'immense majorité des manifestants venus exprimer leur refus de l'OTAN gendarme du monde, leur refus de la course aux armements, leur refus de la guerre comme solution aux problèmes de l'humanité.

Après avoir entretenu, les jours précédents le sommet, un climat détestable, voulant empêcher toute expression des Strasbourgeois en faveur de la paix et allant, contre toute légalité, jusqu'à faire retirer les drapeaux arc-en-ciel de la paix que les habitants arboraient, les forces de l'ordre ont multiplié les agressions et provocations contre les pacifistes et laissé incendier des bâtiments sans réagir.

Pourquoi avoir enfermé casseurs et manifestants dans le quartier le plus pauvre de la ville ?

Pourquoi avoir refusé aux cars de se rendre au lieu de rassemblement prévu, obligeant ainsi des groupes de manifestants pacifiques à marcher pendant des kilomètres, à franchir de multiples barrages, les enfermant dans une véritable souricière ?

Pourquoi avoir empêché par la violence le cortège des pacifistes allemands de rejoindre les manifestants français, alors que les autorités avaient promis de laisser ouvert le Pont de l'Europe ?

Pourquoi avoir délibérément repoussé les casseurs vers le jardin des Deux Rives, lieu de rassemblement légal de la manifestation ?%%

Pourquoi avoir arrosé de gaz lacrymogène jetés d'hélicoptères ce même lieu de rassemblement où aucun incident ne se déroulait et alors que les prises de paroles de responsables internationaux y avaient lieu ?

Pourquoi avoir empêché le déroulement normal de la manifestation, obligeant les pacifistes à évacuer le lieu de rassemblement, devenu irrespirable, par des chemins étroits, encombrés de barrières et de grilles ?

Pourquoi un convoi de cars de police a-t-il pris les manifestants à contre-courant, à la hauteur d'un pont de chemin de fer, tandis qu'il était pris à partie par des casseurs qui leur lançaient des pavés du haut du pont ? Les pacifistes se sont ainsi retrouvés pris en tenaille entre les pierres qui ricochaient et les voitures de police, dans l'impossibilité de faire demi tour ou de se protéger.

Pourquoi alors que les incendies se déclaraient, la police a-t-elle laissé faire, tirant des grenades lacrymogènes vers le cortège des pacifistes et non vers les casseurs?

Pourquoi avoir empêché les manifestants qui le désiraient de rejoindre leurs cars, leur imposant, entre autres, après des kilomètres de marche, le retrait de tout drapeaux ou badges pour enfin pouvoir passer ?

Pourquoi avoir bloqué toutes les sorties de Strasbourg, obligeant les cars à tourner pendant des heures avant de pouvoir repartir ?

Pourquoi avoir obligé les manifestants qui souhaitaient regagner la gare à franchir les barrages mains levées, certains jeunes étant plaqués au sol, fouillés menottés avant d'être relâchés ?

Tout a été volontairement orchestré pour empêcher le message politique du mouvement pacifiste de s'exprimer. La manifestation n'a pas dégénéré, elle a été sabotée par des casseurs et par la volonté du gouvernement de faire taire la voix des pacifistes.

A Strasbourg le 4 avril c'est la démocratie qui a volé en éclats. Le MRAP demande qu'une commission d'enquête soit immédiatement mise en place pour que toute la lumière soit faite sur la responsabilité des pouvoirs publics lors de ces graves événements.

Le MRAP tient à saluer le sang-froid et l'esprit de responsabilité des manifestants qui ont permis d'éviter le pire.

Malgré les humiliations et la volonté de bafouer l'expression démocratique, les pacifistes ont élaboré ce week-end des propositions pour un monde sans guerres et sans OTAN. Notre combat pour la paix, où que ce soit dans le monde, continue. Nous ne le laisserons pas bâillonner.

Paris, le 6 avril 2009.
%

jeudi, février 12 2009

AREVA, COGEMA : assassins potentiels

ce matin je suis révolté
le reportage que j'ai vu hier sur France 3 m'a empêché de dormir, ma femme aussi d'ailleurs
Nous sommes écolos et donc anti-nucléaire (je ne conçois pas l'écologie autrement) et donc rompus aux images, aux faits, et aux contre-argumentaires concernant ce domaine.
Mais là ce sujet m'était un peu étranger : la COGEMA puis AREVA ont traité les déchets de l'extraction d'uranium avec une telle négligence, qu'ils en sont coupables.
Leurs experts affirmaient qu'ils ne sont pas dangereux, mais potentiellement dangereux !!!
Oui, vous avez bien lu, les gens vont potentiellement mourir d'ici quelques années et ils s'en foutent !!
Le ministre de l'écologie affirme qu'il va prendre le dossier en main, mais comment se fait il qu'il ne l'ait pas eu avant en main ? tout simplement parce que tout est géré au plus haut niveau, dans les salons de l'Élysée !
env.jpg

Pas de démocratie dans un pays nucléaire ! Circulez y a rien à voir, et surtout pas le danger !! Les experts sont nommés par les pollueurs, par l'État nucléocrate, mais pas par les élus !!!
Le pire, c'est que ces pourris nettoient leurs installations par obligation, et vont déverser les résidus en pleine nature, là ou tu emmènes ta famille se promener...
La situation est terrible, ce sont de véritables bombes à retardement, et je ne peux m'empêcher de penser que ces salopards font pire en Afrique, où les citoyens ont moins les moyens d'alerter sur leurs conditions environnementales.